Il était plus que temps de clarifier et simplifier les lois sur le montage de pneus neufs et pneus rechapés sur un même essieu. En discussion depuis 2017, le projet mené par le Ministère de la Transition écologique solidaire, le TNPF, le SNCP et le SPP, s’est maintenant finalisé. Les nouveaux éléments de réglementation sont entrés en vigueur le 18 mars 2019.

Le rechapage et la loi jusqu’à maintenant :

Rappelons le précepte de base ; tout véhicule, voiture comme poids lourd, ne peut avoir de pneus de type différent sur un même essieu. Par type, on entend plusieurs caractéristiques du pneu comme la marque, la dimension, la structure, les indices de charge et de vitesse. Les pneus poids lourd doivent également comporter sur leur flanc la marque d’homologation du pneumatique ; elle indique l’atelier de fabrication ou de rechapage et le numéro de l’homologation associé. Cela posait un problème pour les pneus poids lourds rechapés, qui pouvaient être rechapés dans des usines différentes et donc avoir un numéro d’homologation différent ; pourtant, les machines sont identiques et produisent les mêmes pneus.

La réglementation pouvait alors se traduire ainsi :

Avant 2019 : sur un même essieu, pas de panachage entre pneus neufs et pneus rechapés ; ni entre pneus rechapés de marques différentes, même si celles-ci appartiennent au même manufacturier.

Monter des pneus neufs et des pneus rechapés en 2019

Le fait est que le marché du rechapage souffre depuis quelques années. Disons-le franchement, l’émergence du marché chinois a incité les utilisateurs à acheter du neuf très peu cher plutôt que rechaper leurs pneus. À contre courant des préoccupations actuelles quant à l’environnement, on s’est mis à jeter plus volontiers des pneus réutilisables. C’est dans cette conjoncture que la discussion a été entamée entre les différents acteurs du secteur.

Les manufacturiers se sont alors engagés auprès du TNPF pour démontrer que les pneus rechapés issus d’usines différentes étaient identiques. La réglementation qui est ressortie des discussions se traduit ainsi :

Depuis 2019 : sur un même essieu, panachage possible entre pneus neufs et pneus rechapés produits par le même manufacturier ; panachage possible entre pneus rechapés issus du même manufacturier.

pneus rechapés et pneus neufs sur un même essieu
Pneus neufs et pneus rechapés sur un même essieu ©CFCP
pneus rechapés sur un même essieu
Pneus rechapés sur un même essieu ©CFCP

NB : on parle bien de rechapage entre pneus de même type par ailleurs, c’est-à-dire de même dimension, indices de vitesse et de charge, structure et catégorie d’utilisation.

Concrètement, ça veut dire quoi ?

Voici des exemples clairs pour bien comprendre ce qu’on a le droit ou non de monter sur un même essieu de poids lourd :

  • Vous pouvez combiner un pneu Bridgestone avec un pneu Bandag ; car Bandag est une marque de pneus rechapés appartenant à Bridgestone
  • Vous pouvez associer un pneu Remix avec un pneu Laurent Retread ; tous deux sont des marques de rechapage du groupe Michelin
  • Vous ne pouvez pas mélanger un pneu Alphatread (marque de rechapage appartenant à Hankook) et un pneu Contitread (marque de rechapage appartenant à Continental)
  • Vous ne pouvez toujours pas associer un pneu neuf Goodyear à un pneu neuf Bridgestone
  • Vous ne pouvez toujours pas combiner un pneu neuf Michelin avec un pneu neuf Kormoran ; autre marque de pneus neufs du groupe Michelin.

Retrouvez tous les exemples possibles sur le document officiel tiré de la nouvelle réglementation. Tous les manufacturiers y sont cités, avec leurs marques de pneus rechapés.

Si vous avez des doutes quant à la possibilité de monter vos pneus de marques différentes sur un même essieu, posez la question en commentaire ; nos experts vous répondront aussitôt.

Pourquoi c’est une bonne nouvelle

Le rechapage des pneus poids lourd représente un gain écologique certain pour l’environnement ; le pneu rechapé est un produit recyclé qui permet d’économiser les matières premières et de retarder la production de déchet. Autre avantage, d’un point de vue du transporteur cette fois-ci : le rechapage est un gain économique ; car un pneu rechapé coûte bien moins cher qu’un pneu neuf. De plus, le prix de revient au kilomètre diminue en conséquence.

Cette nouvelle règlementation s’inscrit dans la tendance actuelle d’économie circulaire et de recyclage. Elle devrait ainsi être bien accueillie dans le milieu des transports.