On continue notre dossier consacré au choix des pneus moto ; avec aujourd’hui, un focus sur les montes diagonale (ou conventionnelle) et radiale de votre deux-roues.

Parce qu’on connaît bien les questions existentielles que vous vous posez : « Vous pensez que je peux changer mon pneu diagonal par du radial ? » ou « Je consomme trop de gomme avec du radial, est-ce que je peux passer sur du diagonal ? »

=> Éléments de réponses.

Pneu radial vs. pneu diagonal

On ne fera pas de cours magistral sur l’histoire du pneu radial. Sachez simplement que les deux-roues en sont équipés depuis 1987 et qu’on le présente comme une évolution technologique du pneu diagonal.

Alors, tous chaussés en pneu radial ?! Pas vraiment.

Eh non, tout le monde n’a pas la nécessité de chausser des pneus radiaux. Pour certaines machines, la construction diagonale du pneu présente bien des avantages ; c’est le cas de nombreux customs, trails, petites cylindrées, tout-terrains, etc.

Sans trop entrer dans les détails, retenons qu’un pneu est composé d’une multitude de fils en acier qui constituent sa structure (en quelque sorte son squelette). C’est donc autour de ces couches de fils (les nappes) que se trouve le composé de gomme. La façon dont ces nappes sont empilées va définir la rigidité du pneu ainsi que sa propension à se déformer pendant la conduite.

  • Dans le clan Diagonal, on superpose des nappes d’acier de manière à croiser le sens des fils d’une épaisseur à l’autre.
  • Dans le clan Radial, on enroule tous les fils dans le même sens, perpendiculairement à la route.

Notez que sur les pneus radiaux et sur certains pneus diagonaux, on ajoute également une « ceinture » au niveau de la bande de roulement. C’est un empilement de nappes d’acier sur le sommet du pneu visant à renforcer la rigidité au centre du pneu.

Si on devait résumer :

pneu radial vs. diagonal

  • RIGIDITÉ : une carcasse diagonale sera plus rigide. C’est-à-dire qu’elle se déformera très peu en courbe et que le pneu épousera moins bien les aspérités de la route. C’est parfaitement adapté aux motos lourdes ou aux châssis peu enclins à la prise d’angle.
  • LONGÉVITÉ : plus résistant parce que plus rigide (à composé de gomme équivalent), le pneu diagonal encaissera mieux les kilomètres, particulièrement pour les motos lourdes et/ou très chargées. Le châssis et les suspensions aideront davantage le pneu que sur une carcasse radiale.
  • ADHÉRENCE : indéniablement, l’emprunte au sol des pneus radiaux (moins longue et plus large) offre une capacité de grip supplémentaire. De plus, la souplesse des flancs du pneu radial (parce qu’il est moins rigide) lui permet de se déformer en courbe pour augmenter sa surface de contact avec la route. L’assurance d’avoir un grip optimal.
  • STABILITÉ : incontestablement à l’avantage des pneus radiaux ! La souplesse des flancs des pneus radiaux leur permet d’absorber certaines déformations de la route et de ne pas rebondir sur les aspérités du bitume. À haute vitesse, ils ne se s’étirent pas comme le font les pneus diagonaux à cause de la force centrifuge.
  • RÉGULARITÉ DE L’USURE : on note une usure plus régulière des pneus radiaux qui épousent la route, à l’inverse des pneus diagonaux qui ont tendance à faire des plats.
  • CONFORT : pour toutes les raisons évoquées ci-dessus, une structure radiale est plus confortable à conduire et plus sécurisante en courbe.

Alors, avantage radial ? Oui, forcément, mais tout dépend de l’utilisation et donc de la moto : sans vitesse élevée ou sans prise d’angle l’intérêt du radial se réduit considérablement. Idem si le critère de choix n°1 du pneu est sa longévité.

Radial, diagonal : est-ce que j’ai le choix ?

Désolé mais… NON !

Vous ne devez monter que ce qui est préconisé par le constructeur de la moto. La monte d’origine a été définie avec un manufacturier de pneumatiques et seule la structure de cette monte est homologuée.

Notez bien qu’il est possible que la préconisation constructeur soit une monte dépareillée diagonale/radiale entre l’avant et l’arrière. Pas d’inquiétude, si c’est préconisé c’est que l’ensemble a été testé et est parfaitement fiable. C’est notamment le cas sur de nombreux trails de grosse cylindrée.

Comment savoir si ma monte d’origine est radiale ou diagonale ?

Référez-vous au carnet d’entretien de la machine ou à l’étiquette apposée sur la moto et qui vous donne la dimension des pneumatiques. En fonction des indications présentes, vous saurez alors si c’est une construction radiale ou diagonale.

Une dimension portant la mention « R » ou « ZR » (plus rarement « VR ») avant le diamètre de jante implique que le pneu est radial.

Exemples : 180/55ZR17, 130/70R17, 120/70R15, etc.

Une dimension portant la mention « B » ou «  » (et plus rarement « V » ou « VB ») avant le diamètre de jante implique que le pneu est diagonal.

Exemples : 90/9021, 130/70B18, 3.0018, etc.

D’autres indications, écrites en toutes lettres et en anglais, pourront aussi vous aider :

  • X-ply ou Cross ply pour « plis croisés » servant à décrire le croisement des nappes des pneus diagonaux.
  • Bias pour « biasymétrique », terme également utilisé pour décrire une carcasse diagonale.
  • Bias Belted pour « biasymétrique ceinturé », toujours pour les pneus diagonaux mais avec des nappes supplémentaires sur la bande de roulement (la fameuse ceinture).
  • Radial pour radial…

Vous savez tout !

La suite dans le reste de notre dossier Choisir ses pneus moto.

A bientôt

✌️